Communiqué de l’association Solidarité Partagée du 10 juillet 2020

Notre association se substitue à l’État sans aucun financement depuis plus de deux ans en hébergeant et en proposant des activités aux demandeurs d’asile laissés systématiquement à la rue par le dispositif national d’accueil à Montpellier. La préfecture de l’Hérault traite d’une façon inhumaine les demandeurs d’asile en les laissant volontairement à la rue alors qu’elle a l’obligation de les prendre en charge en les hébergeant durant toute la durée de leur demande d’asile.

Aujourd’hui, notre activité d’utilité publique est menacée par le préfet de l’Hérault qui annonce ouvertement une expulsion imminente des locaux réquisitionnés par notre association. Nous accueillons chaque jour de nouvelles personnes vulnérables et en détresse, abandonnées par l’État jusqu’à ce qu’elles soient prises en charge après plusieurs mois, qu’elles passeraient à la rue sans notre initiative. En aucun cas, celle-ci ne devrait être menacée tant que l’État ne mettra pas en place des structures adaptées comme le font d’autres pays européens pour accueillir tous les demandeurs d’asile arrivant sur leur territoire.

Nous accueillons 250 personnes dans plus de 2000 m² et disposons d’un hectare de terre agricole que les demandeurs d’asile cultivent en bio. Le préfet de l’Hérault a refusé la proposition du maire de Montpellier, qui souhaitait nous fournir des toilettes supplémentaires pendant le confinement. La fondation Abbé Pierre, le Secours populaire et le Secours catholique ont financé des douches et des toilettes pendant la crise sanitaire. Il n’y a actuellement aucun cas de covid19 dans les locaux de notre association.

Une audience en justice pour nous accorder des délais supplémentaires a été acceptée et reportée au mois de septembre 2020.

Communiqué de presse en soutien aux afficheurs solidaires

Soutien aux « afficheurs solidaires » poursuivis pour avoir remplacé des publicités JCDecaux par des affiches de solidarité avec les personnes migrantes

Nous apportons notre soutien à Julien, Sarah et Cécile convoqué·e·s au tribunal de police de Montpellier le 10 mai prochain, pour « dégradation légère » de panneaux publicitaires JCDecaux. En juin 2017, ils ont remplacé, sans dégrader les panneaux, les publicités commerciales d’arrêts de tram et de bus par des affiches de solidarité en faveur des personnes migrantes. Engagés dans la solidarité concrète avec les personnes migrantes, ils assument cette action de désobéissance civile.

« D’une part, comme une large partie de la population, nous désapprouvons la politique migratoire actuelle, qui déshumanise les personnes migrantes en les considérant comme un « flux à maîtriser », sans égard pour leurs droits fondamentaux. Cette politique conduit à criminaliser toujours plus les personnes à la recherche d’un avenir meilleur. Elle conduit à des humiliations quotidiennes, à de la misère, à des morts. D’autre part, d’un point de vue politique et écologique, comment ne pas faire le lien entre la surconsommation, la surproduction, les guerres pour les matières premières, le dérèglement climatique, la déstabilisation des écosystèmes et les migrations qui en découlent ? La publicité est le fer de lance d’une logique consumériste insoutenable. Voitures de luxe, hamburgers et paris en ligne sont omniprésents dans nos rues : la multiplication de panneaux publicitaires, souvent illégaux et maintenant numériques, constituent une agression et une tentative de manipulation à laquelle on ne peut se soustraire. Face à cette confiscation de l’espace public pour une exploitation consumériste, nous avons utilisé un droit de réponse sur le même support. En écrivant une vérité sur un mensonge, nous n’avons pas dégradé, nous avons « regradé ». D’un coté, les montants colossaux des recettes publicitaires, de l’autre des moyens d’accueil indigents et une situation humanitaire déplorable pour nombre de personnes étrangères privées de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux : désobéissons pour inverser cette logique ».

Premiers signataires : Collectif Migrant.e.s Bienvenue 34, LDH Montpellier, Attac Montpellier